14: Les nouveaux défis pour la liberté des médias

Cet atelier se concentre sur l'évolution des conditions de la liberté des médias dans le monde entier.

La liberté d'expression et la liberté des médias sont des piliers fondamentaux de la démocratie et le cadre théorique contemporain concernant ces droits découle des révolutions libérales, qui ont eu lieu en Europe occidentale et en Amérique du Nord à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle. Depuis lors, la liberté des médias et le pluralisme ont considérablement changé dans les systèmes des médias globalisants.

Il convient de souligner, cependant, qu’après plusieurs années de progrès, dans les temps plus récents la liberté des médias a en fait vu une limitation. En effet, il a été calculé que seulement 17 pour cent des habitants de la planète vivent dans des pays jouissant d'une liberté de la presse. Dans de nombreux pays, les gouvernements et d'autres acteurs ont un fort contrôle sur les nouvelles qui atteignent les citoyens et, dans certains pays, les voix indépendantes sont souvent brutalement réprimées.

Même dans les pays qui se classent en haut des indices à travers le monde pour la liberté des médias, des facteurs externes (tels que le marché, la convergence technologique, la concentration de propriété) ainsi que des éléments internes (numérisation, gestion des médias) ont eu un effet négatif sur la diversité des médias et la liberté d'expression.

Dans le contexte de cet atelier, le terme « médias » signifie ici tout type de communication au public, y compris les journaux, la radiodiffusion, l'Internet et même la distribution de brochures, et les « défis » peuvent être politiques, économiques, culturels et institutionnels.

Les thèmes spécifiques qui seront abordés dans cet atelier sont entre autres:

  • Avec l'avènement de l'Internet et des différents canaux de communication liés à  celui-ci, les médias classiques (par exemple, journaux et télévisions) font face à des défis économiques, notamment en raison de la fragmentation de leurs consommateurs. Comme divers points de vue deviennent de plus en plus virulents, il est devenu difficile pour les médias de prétendre être des tribunes neutres et équitables, et d’attirer des abonnés et un public dans  tous les domaines  de la société. Et les conglomérats médiatiques mondiaux essaient d'empiéter sur le marché de chaque nation. Y-a-t-il un avenir prometteur pour les médias traditionnels ? Sinon, le gouvernement devrait-il faire quelque chose pour les soutenir ou les protéger ?
  • Les nouveaux médias sur Internet ont fréquemment accusé les médias traditionnels d'être complices de « l’establishment » ; ils disent que les médias traditionnels ont supprimé des points de vue nouveaux et émergents et ont renforcé les idéologies établies. Dans quelle mesure ces critiques sont-elle valides ? La justification traditionnelle de la liberté des médias a-t-elle perdu de sa force?
  • Avec l'avènement des nouveaux médias, la justification traditionnelle de la réglementation de la radiodiffusion --- la rareté des ondes radio et les impacts forts sur le public --- a largement perdu sa plausibilité. Est-il encore justifiable de gérer un règlement partiel des médias de masse, à savoir une réglementation de la radiodiffusion et une garantie totale de la liberté d'expression pour la presse écrite ? Si oui, quel type de régulation (ou d'auto-régulation) est approprié ? Et comment devons-nous considérer  les différents types de médias sur l'Internet, où les problèmes de polarisation de groupe et d'information en cascade sont répandus ?
  • La demande du public pour la protection des renseignements personnels est en augmentation. Cette tendance est compréhensible en partie parce que les renseignements personnels, une fois mis sur l'Internet, deviennent presque ineffaçables, universellement accessibles, et très facilement recherchés. Les personnes ainsi que les sociétés sont devenues beaucoup plus réticentes à divulguer des informations aux médias. Est-il encore possible de maintenir des normes saines de collecte d’information dans ces circonstances défavorables ? Les activités robustes des médias et la protection de l'honneur et de la vie privée sont-ils compatibles?
  • Est-ce que l'affaiblissement apparent des médias traditionnels issus des points ci-dessus sapera les fondements de la démocratie représentative ? Est-ce que ce même phénomène influencera les modalités à travers lesquelles les juges constitutionnels protègeront la liberté des médias ? Est-ce qu’il jettera une lumière sur la manière dont nous devons renforcer les fonctions de la démocratie représentative ?

Communications acceptées

Voir toutes les communications acceptées pour l'atelier 14.

Published Apr. 3, 2013 8:44 PM - Last modified June 11, 2014 1:58 PM